Ultralab™ / Paradise Island™ (version 1.15) / A Voyage to the Middle of Time From 09 October 2007 until 30 December 2007 / Jeu de Paume / Concorde, Paris. With the participation of At Dead Horse Point, Christophe Demarthe, Anne-Valérie Gasc, Soyung Lee, and Anne-Laure Sacriste. Exhibition curator: Fabienne Fulchéri.

Ultralab™ is a fairly mysterious group of artists, doubtless created in Paris in August 2000. Keen to experiment with a new form of artistic, economic and political autonomy, its members seem to work at the borderlines between art, science and communications. They regularly invite collaborators from various disciplines to participate in their projects.

They conduct secret operations in the realm of contemporary art with the aim of thwarting some of its perverse mechanisms. In particular, they recently suggested that they were the creators of ten invitations to nonexistent exhibitions. These were distributed in Paris in 1999, causing something of a stir.

Over the past seven years, the group has also been developing ‘plastic fictions’, which draw on the language of new technology. Its mechanisms generate in-situ installations; they are also created on, or extended through, the Internet, as well as through more or less material supports: film, drawings, photographs, paintings, games, music, sounds, computer images, computer programmes and publications.

For L’Île de Paradis™ (version 1.15)*, exhibition which is part of the ‘Terrains de jeux’ series devised by Fabienne Fulchéri, Ultralab™ created, in its own words, an ‘automatic, random and dysfunctional generator of island utopias’. This vast multimedia installation takes visitors into a Jeu de Paume that has been recreated in the style of a video game setting, full of references taken from the history of ideas, literature, art and B movies, scattered throughout the space like so many small neuronal bombs.

Plunged into a ‘game’ that obliges him or her to move around virtually in the exhibition rooms, the visitor, who has become both a clumsy gamer and a hesitant explorer, discovers a strange parallel universe, flooded by the sea and dotted with paradisiacal islands. Enigmatic structures are hidden on these islands, and secret passages make it possible to reach underground areas of the building, which are inaccessible in reality and are possibly merely apparitions.

Screens placed in different places in the Jeu de Paume enable other viewers to follow the game taking place live. The installation then extends to the entire building in other forms, visible and invisible, breeding off exhibition rooms, staircases, corridors, study rooms and toilets. Wooden archipelagos painted in colours taken from the « L’Île de Paradis™ » form large monochromes interacting mischievously with the history of abstract painting and with the world of Hollywood special effects. The technical equipment (which may or may not really work) allows a glimpse of the Ultralab™ ‘machinery’, while the recurring allusions to the works of Yves Klein and to a famous blue background from digital film** spread confusion.

Thus Ultralab™, producer of decoys and traps, constantly deals in the true and the false, within a pseudo-founding narrative of which you can become, if you so wish, the abstract anti-hero.

On the Internet network (the virtual space of this site www.jeudepaume.org), various excrescences of the project list, document, preserve, experiment on and deconstruct, as in a portable laboratory, a certain idea of utopia, and reactivate its potential for joyous and productive subversion.

* Version 1 was presented in January 2007 at the Espace Arts Plastiques de Vénisseux in the suburbs of Lyon

** Which makes it possible to isolate and insert protagonists or objects on different backgrounds, for example computer-generated images

—-

Ultralab™ / L’Île de Paradis™ (version 1.15) / Un voyage au milieu du temps Exposition présentée au Jeu de Paume, Paris dans le cadre de la programmation « Terrains de jeux » (« Programmation satellite ») imaginée par Fabienne Fulchéri. Avec la participation de At Dead Horse Point, Christophe Demarthe, Anne-Valérie Gasc, Soyung Lee, Anne-Laure Sacriste. Commissaire de l’exposition : Fabienne Fulchéri.

Ultralab™ est un groupe d’artistes assez mystérieux, né sans doute à Paris en août 2000. Désireux d’expérimenter une forme inédite d’autonomie artistique, économique et politique, ses membres semblent travailler aux frontières de l’art, de la science et de la communication. Selon les projets, ils développent un principe d’invitations régulières adressées à des intervenants issus de disciplines variées.

Ils mènent par exemple des opérations secrètes dans le milieu de l’art contemporain, pour mieux déjouer certains de ses mécanismes pervers. Ils ont en particulier récemment laissé entendre être les auteurs des dix cartons d’invitation à des expositions inexistantes, qui circulèrent dans Paris en 1999, suscitant localement une certaine émotion.

Depuis sept ans, le groupe développe aussi des « fictions plastiques » qui s’appuient sur le langage des nouvelles technologies. Les dispositifs qu’il invente donnent lieu à des installations in situ, mais naissent ou se prolongent aussi sur Internet, ainsi qu’au travers de divers supports plus ou moins matériels : films, dessins, photographies, peintures, jeux, textes, musiques, sons, images de synthèse, programmes informatiques, publications etc.

Pour l’exposition L’Île de Paradis™ (version 1.15)*, qui s’inscrit dans la programmation « Terrains de jeux » imaginée par Fabienne Fulchéri, Ultralab™ a conçu, selon ses propres mots, un « générateur automatique aléatoire et dysfonctionnel d’utopies insulaires ». Ce vaste dispositif multimédia entraîne les visiteurs dans un Jeu de Paume reconstruit à la manière d’un terrain de jeu vidéo, truffé de références choisies dans l’histoire des idées, de la littérature, de l’art ou encore du cinéma de série B, et réparties dans l’espace comme autant de petites bombes neuronales. Plongé dans une « partie » qui le conduit à se déplacer virtuellement dans les salles d’exposition, le visiteur devenu à la fois joueur maladroit et explorateur hésitant découvre un univers parallèle étrange, envahi par la mer et parsemé d’îlots paradisiaques. Des constructions énigmatiques sont disséminées sur ces îles, et des passages secrets permettent d’accéder à des zones souterraines du bâtiment, inaccessibles dans la réalité et peut-être même fantômes.

Des écrans placés dans différents endroits du Jeu de Paume permettent à d’autres spectateurs de suivre en direct la partie en cours. Le dispositif se déploie ensuite dans l’ensemble de l’édifice sous d’autres formes, visibles ou non, parasitant salles d’exposition, escaliers, couloirs, salle de documentation, toilettes… Archipels de bois peints aux couleurs de la gamme de L’Île de Paradis™, grands monochromes… dialoguent malicieusement avec l’histoire de la peinture abstraite comme avec l’univers des effets spéciaux hollywoodiens. L’attirail technique (dont on ne sait s’il fonctionne réellement) qui laisse entrevoir la « machinerie » d’Ultralab™ et l’allusion récurrente aux œuvres d’Yves Klein autant qu’au fameux fond bleu du cinéma numérique** brouillent les pistes. Ultralab™, producteur de leurres et de pièges, ne cesse ainsi de trafiquer le vrai et le faux, à l’intérieur d’un récit pseudo fondateur dont vous pouvez devenir, si vous le souhaitez, l’anti-héros abstrait…

Sur le réseau Internet (espace virtuel du site www.jeudepaume.org), diverses excroissances du projet répertorient, documentent, archivent, expérimentent et déconstruisent, à la manière d’un laboratoire portable, une certaine idée de l’utopie, et réactivent son potentiel de subversion joyeuse et productive.

* La version 1 a été présentée en janvier 2007 à l’Espace arts plastiques de Vénissieux, en banlieue lyonnaise.

** Qui permet de découper et d’incruster des acteurs ou des objets sur des arrière-plans différents, des images de synthèse par exemple.

2007